02 mars 2013 ~ 0 Commentaire

Présentation du mode d’intégration americain

Avant tout la mise en contexte … Aujourd’hui l’Amérique est un des pays les plus puissant du monde. La population américaine possède cependant de multiples cultures qui cohabitent quotidiennement. Les divers ethnies proviennent du monde entier allant de la Chine au Mexique. L’immigration est donc un phénomène démographique qui encadre l’histoire des Etat Unis. Les immigrants arrivèrent dès la création de la l’Amérique en colonisant les terres et en amenant avec eux tout leur savoir,  langue, tradition, coutumes et leur religion. Parmi les grands flux migratoires, on compte l’esclavage qui amena des millions de personnes d’origine africaine… Au début du XXe siècle plus d’un million d’immigrants sont arrivés chaque année, ceci jusqu’à la fin du siècle, où le nombre a à peine diminué.

Cependant  le nombre d’immigrés durant la période 1915-1965 à été largement réduit en partie du fait de la dépression de la fin des années 1920 et 1930 et sous l’effet de diverses mesures restrictives. De nos jours les immigrants ne viennent pas des mêmes pays qu’autrefois. A l’heure où les européens tentent se s’accorder sur la mise en place de lois concernant le contrôle de l’immigration legal ou le droit d’asile et la lutte contre l’immigration clandestine, il est utile de se pencher sur les dispositions prises à cet égard par les Etats-Unis.

Au cours de la dernières décennies, les Etats-Unis ont enregistré la plus forte vague d’immigration de l’histoire américaine: les derniers chiffres du recensement 2000 révèlent que sur une population totale de 281,4 millions d’Américains, 31,1 millions sont nés à l’étranger ou ont des parents nés à l’étranger, soit 11,3 millions de plus qu’en 1990 – augmentation de 57%. Ajouté à cela, d’innombrable personnes sont entrées sur le territoire américain par des moyens para-légaux. Aucun pays n’a encore fait face à un tel rythme d’immigration.

Pays d’immigration par excellence, les Etats-Unis ont souvent utilisé l’immigration comme outil économique et social pour accroître la productivité ou renforcer l’intégration ethnique. Après les bouleversements liés aux attentats du 11 septembre, les partisans de restriction à l’immigration ont fait valoir que l’intégration des immigrés venus d’Amérique latine coûtait cher aux services sociaux, mais leurs arguments se sont heurtés à ceux des partisans de l’ouverture, pour lesquels, au contraire, l’afflux d’une main-d’oeuvre bon marché a contribué à alimenter la croissance économique des années 1990.

Contrôle de l’immigration: contenu des principales lois et réformes

L’Histoire de l’immigration aux Etats-unis est faite de tentatives de contrôle de l’immigration légale et illégale. La législation passée par la nouvelle République Américaine en 1790, commençait déjà à réguler les deux. Les trois premières lois d’immigration de 1790 traitent de la naturalisation, avec des condition requises de plus en plus strictes [l’Article I , Section 8 de la constitution Américaines donne au Congrès le pouvoir « d’établir une règle uniforme de naturalisation. »"] , alors que la première loi à réglementer la présence d’étrangers sur le sol américain est l’Aliens Act de 1798. Depuis, de nombreuses lois sur l’immigration ont été votées. Ces lois sont le reflet du contexte historique, des problèmes, espoirs et peurs de leur temps. Depuis 1891, l’Immigration and Naturalisation service (ou INS) a pour mission de mettre en place ces mesures et de les faire respecter.

Le congrès et le président des Etats-Unis ont notamment fixé de nouveaux objectifs concernant l’immigration pour juguler en partie l’immigration illégale en provenance du Mexique dans les années 1970 et 1980.

Les plus importantes reformes sont: Le Refugee Act de 1980 qui régularise l’admisson des réfugiés aux Etats-Unis et transforme le droit d’asile en loi. C’est la première procédure systématique pour l’admission et la réinstallation de réfugiés basé sur des soucis humanitaire spéciaux. Le Refugee Act limite le quota dans le monde entier à 270000. Même si l’Act a éliminé les réfugiés comme catégorie de préférence, il a malgré tout ajusté le statut de résident permanent des réfugiés qui avaient été physiquement présents sur le sol américain pendant au moins un an, et celui des demandeurs d’asile un an après que le droit d’asile leur été offert.

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Orrsgold |
Pikuna |
leprintempsdesconsciences |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Changetonmonde
| PATRIMOINE avec les yeux de...
| C'est LE REVE