02 mars 2013 ~ 0 Commentaire

L’intégration française: dimension politique

Une politique d’intégration française est surtout définie surtout à partir de 2002 et influence les pouvoirs publics.

Depuis 20 ans il existe un ministère de l’immigration et de l’intégration, le Haut Conseil (réflexion) et le Comité interministériel (décision) preuves de l’activité politique dans le domaine. Pourtant la loi indique la nécessité de prouver son assimilation pour être naturalisé. Le Ministère de l’intégration reste en relation avec les autres ministères pour gérer l’intégration bien que le Comité interministériel à l’intégration ne se soit pas rassemblé entre 1990 et 2003 et depuis 2006.

L’Union européenne s’active également dans le domaine de l’intégration avec une politique  de coopération appliquée d’abord en France.

Dans cette société française où le problème d’intégration est majeur, 2 problèmes se posent:

1) Quoi dire?

Dans la société moderne, on ne sait plus s’il faut parler d’intégration, d’assimilation ou d’insertion.

L’intégration est un effort réciproque entre l’immigré, qui doit adhérer à une culture riche et diversifiée commune, et la société, qui doit s’ouvrir sur la diversité.

L’assimilation c’est la transformation du nouvel arrivant (l’immigré) qui abandonne ses spécificités au profit d’une culture commune à son nouveau milieu (pays)

Dans le cas de l’insertion, l’immigré garde au contraire toutes ses spécificités, ses habitudes au sein d’un nouveau pays comme la France.

2) La deuxième génération

En effet, les personnes nées en France (donc de nationalité française) mais de parents immigrés rencontrent des problèmes d’intégration, ne pouvant se défaire de leur milieu d’origine.

Intégration française, une lutte contre la discrimination

En 1998 se voient les débuts d’une politique d’intégration française en vue d’une lutte contre la discrimination.

La politique d’accueil: basée sur le modèle nord-américain, cette politique propose une formation linguistique et civique, un accompagnement social et une évaluation des compétences professionnelles.

Un combat contre l’intolérance et pour l’égalité des droits s’installe avec notamment l’Autorité Administrative Indépendante contre l’ Intolérance (2004). Cette administration traite toutes les discriminations, exige des réparations pour les victimes et prône l’égalité des chances d’après des critères économiques et sociaux et non sur l’origine ethnique.

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Orrsgold |
Pikuna |
leprintempsdesconsciences |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Changetonmonde
| PATRIMOINE avec les yeux de...
| C'est LE REVE